Lontano Requiem

Ça faisait un petit moment que je voulais écrire sur un bouquin et bin voilà mes amis, j’vous offre un doublé !

Je crois bien que Jean-Christophe Grangé est un des rares auteurs (avec Astier et Clancy) dont j’ai lu l’intégralité des œuvres, romans ou BD et même, pour le meilleur et souvent le pire, regardé toutes les adaptations ciné/télé (jusqu’à aujourd’hui) mais j’y reviendrais plus tard.

Quand j’avais 15 piges, en vacances, j’avais acheté par hasard en me fiant a la couverture un certain « vol des cigognes ». Comme une totale découverte d’un nouveau genre littéraire, je m’étais plongé corps et âme dans l’aventure pour en extirper la moindre goutte de l’horreur qui défilait entre mes doigts, à en faire des insomnies quelques soirs.

Puis y’a eu « Les rivières pourpres », « L’empire des loups », ‘La ligne noire », « Miserere » et bien d’autres que, de la même façon j’ai dévoré, l’age aidant les insomnies en moins. Y’a dans ces polars, une noirceur, un soucis du détail (souvent morbide) et un ensemble cohérent qui créent à chaque fois une ambiance des plus glauque et prenante !

Pas du gore avec des litres et des litres d’hémoglobine non, du tout. Oui c’est sanglant, violent même, mais surtout c’est une AMBIANCE qui se dégage de ces livres. Une atmosphère malsaine qui transpire page après page et se fait pesante jusqu’à en devenir le personnage principal du livre, et ça bordel… Bin putain que c’est bon !!

Mais venons en aux deux qui nous intéressent aujourd’hui !! « Lontano » et « Congo Requiem ». Je précise de suite que les deux se suivent (si tu le sais pas comme moi, à la fin du premier tu reste un peu con…) et qu’il y aura surement quelques spoils par la suite.

Plus qu’une famille, les Morvan c’est un clan. Un clan a l’ancienne ou tout le monde est sous la coupe de la figure patriarcale, un clan ou l’on tente tant bien que mal de sauver les apparences pour passer pour une respectable famille bourgeoise, un clan ou les secrets de familles sont nombreux et puisqu’on est dans un Grangé,  un clan ou chaque membre de famille est un personnage haut en couleur…

Grégoire le père, actuel premier flic de France et ancien baroudeur de la francafrique ayant fait ses classes sous De Gaules à la fin des années 60, tour a tour homme de main, casseur ou flic, un dur pour qui les poings ont plus de poids que les mots, quand bien même ils finiraient sur sa femme à l’occasion, ou à répétition… Connu pour avoir résolu l’enquête du tueur en série nommé « l’homme clou » au Zaïre (actuelle république du Congo) dans les années 70, moins connu en revanche pour ses parts dans une entreprise d’extraction de Coltan, au Zaïre toujours.

Maggie, la mère, Femme au foyer qui a rencontré Grégoire en Afrique dans sa jeunesse, une femme solide mais usée par le temps, les coups et les épreuves. Une femme qui aime tout de même son mari a sa façon et qui ne semble plus vouloir que le bonheur des ses enfants.

Erwan le fils ainé, flic lui aussi, mal dans sa peau, plutôt taciturne qui tente tant bien que mal  de veiller sur sa famille, malgré ce qu’elle est. Au premier abord le plus « net » de la famille.

Loïc, père de deux enfants, directeur d’une boite de placement financiers, bouddhiste depuis un errance en inde et accessoirement junkie camé jusqu’à l’os en tentative de sevrage et en instance de divorce de la ravissante Sophia.

Gaëlle, petite dernière, complètement anorexique avec de faux rêves de 7eme art et une pratique du plus vieux métier du monde version mondaine régulière, en partie parce que ça pourrait hypothétiquement lui décrocher un rôle, en partie parce que ça l’éclate et en partie parce que sa fait chier son père.

Ainsi quand Morvan père confie A Erwan une enquête a propos d’un bizutage qui a mal tourné sur une base militaire, les choses se mettent en place tout doucement… Quand la victime qui participait à un « no limit » est retrouvé en petits morceaux dans un bunker explosé par un missile au cours d’une manœuvre aérienne, les choses se compliquent… Et quand la dite victime porte au doigt la chevalière de Morvan père… Tout est en place pour une longue virée en enfer, sueurs garanties !

 

Avis perso :

Très bon, vraiment, j’en ai eu pour ma dose ! Le mélange enquête, famille, finances fonctionne parfaitement, tout comme le mélange d’histoire, de lieux et personnalités réels et fictifs. L’écriture des chapitres est assez cool aussi, on change de personnage quasiment à chacun. Après a la fois déçu et content que ce soit en deux tomes.

Déçu parce que mine de rien dans ces deux tomes y’a des longueurs… Des choses certes bien écrites mais qui ne desservent en rien l’histoire ou n’apportent rien à l’ambiance ou aux personnages.

Content parce que bien que bon, le premier tome j’avais l’impression de lire un «  »simple » » polar, avec PJ, agressions, perquisitions, meurtres et intervention du GIGN, l’ensemble était bon c’est pas le soucis mais bien que présente en arrière fond il manquait la touche exotique digne d’un bon Grangé. Ce que le second bouquin m’a apporté avec un plaisir incommensurable, retour en Afrique et retour dans le passé avec la difficile question de savoir quelle période apportera le plus de cadavres… Dorénavant il y aura deux descentes de fleuves mémorables pour moi, Apocalypse Now et Congo Requiem  !

Et je vais rester sur cette bonne note avant de changer de sujet.

 ADAPTATIONS CINÉMA

Jean Christophe si tu me lis, s’il te plait, réalise toi même tes film ou scénarise les au moins, j’ai eu du mal a accrocher à Vidoq, principalement à cause du manque de charisme flagrant du méchant (soyons réalistes deux minutes, Guillaume Canet contre Gérard Depardieu ?) mais le film est bon quand même, Pareil, Switch est plutôt bon dans l’ensemble, que ce soit la prestation des acteurs, le rythme ou l’intrigue. Du coup même si j’avoue avoir eu un faible pour les Rivières Pourpres de Mathieu Kassovitz (malgré sa fin) ou pour l’adaptation du vol des cigognes par Yan Kounen, le reste mais…. Pourquoi ?… Je sais qu’il faut manger de temps en temps mais bon…

Les Rivières pourpres 2… « inspiré de l’ouvre de Jean Christophe Grangé » Really ? A part le personnage du flic Niémans joué par jean Reno qui est reprit, quel  rapport avec le schmilblick ? L’empire des loups… C’est glauque, prenant, bien tourné, pas trop mal amené et pis … TADAM ! Happy end !! Le méchant qui était mort en fait il est pas mort, il est même devenu gentil et il arrive avec l’armée pour sauver l’héroïne…. Explication « on a un deal elle et moi. »

Heu… WHAT ?!?!?!?

Et je vais pas faire un listing mais c’est quoi ces fins de films ? Que l’on adapte un peu quelques passages qu’on en vire qq uns ou qu’on en rallonge certains pourquoi pas mais, une fois qu’une ambiance est posée, installée pourquoi ne pas simplement continuer sur la lancée jusqu’au bout ?

Et c’est sur cette question énigmatique à laquelle je n’ai pas de réponse que je vous dis, that’s all Folk’s, have a good day !
P.F.Y.

Publicités