#leCrounemourrajamais

15134736_1193454614073411_7523817085456694114_n

(NDLR : désolé pour les fautes, mon assistante relectrice a prit quelques jours de vacances pour… Préparer ses prochaines vacances)

Après coup et malgré le son qui me passe dans les oreilles en boucle depuis la réception du stup addict pack, voilà un article que j’ai eu bien du mal à écrire. Comme si j’avais l’impression de parler d’un truc super perso, super intime… Curieuse sensation que celle de ne pas arriver à se différencier de son sujet…

Ça fait une paye depuis ma découverte de « Comme les zot' » dans une soirée un samedi en mode nawak, probablement entre Bloodhound Gang et les Smashing Pumpkins vu la clique et l’époque, quinze piges bow’del !

Trop de souvenirs avec des potes, mes frangins, de moments importants et banals ou le stup était dans mes oreilles, de soirées solo à écouter le stup à fond en boucle au casque dans mon premier chez moi sur un vieux poste. Une pièce de 9 m² avec une lumière tamisée, une atmosphère enfumée et des pages et des pages gribouillées sur de vieux cahiers.

(« tête vide » à récup/scan/rajouter)

Comme si, petit a petit, je m’étais approprié le truc, comme si certains textes me parlaient tellement que j’avais l’impression de les avoir écrit moi (aucun orgueil mal placé) ou qu’ils avaient été écrits pour moi (aucun égo mal placé) mais bref !

Vous l’aurez comprit, ça sera totalement subjectif, relativement long alors rentrons dans le vif du sujet mes lapins et merci pour la psychanalyse !


STUP INTRO

Depuis le premier album il m’a fallu à chaque fois du temps pour arriver à apprécier le contenu en entier, pour en avoir une vision globale, pour récupérer ci et la des indices afin de comprendre les divers mystères du Crou (ou à défaut me rapprocher). Je ne dis pas que j’aime toutes les chansons, non, même avec le temps pour certaines, je dis que j’aime leur univers, leur ambiance, l’ensemble qu’elle créent dans chaque album et l’ensemble que compose ces albums.

Je ne dis pas non plus qu’au vu de ce quatrième album (EP, Maxi et DVD inclus) j’ai tout compris mais là dessus limite même je préfère garder le mystère sur ce que Stup n’a pas dévoilé et laisser les gentils lapins de l’ASFH (peu nombreux mais ils existent) suivre la moindre piste pour tenter de résoudre, par des théories plus ou moins capilotractées, les mystères du Stup. Beaucoup de théories et quelques complots mais peu de résultats concrets.

1e01b500a8c33f0fe940aa4310c89084

« Conspiraty Wall » by Rob Treen

STUP VIRUS

Première écoute en boucle entre le 3 mars 2017 à 15h et le 4 à 1h42 histoire de se mettre dans le bain, premières impressions :

  • L’album ne commence pas par la fin du précédent
  • Le virus en question n’est un truc moyenâgeux genre peste
  • Google trad a fait des heures sup
  • Pop Hip is still here ! (le contraire aurait été étonnant)
  • Quasiment tout l’album est centré sur le Crou
  • 1993….
  • Y’a dans cet album plus de cohérence que dans les précédents, dans les sons comme les paroles c’est un ensemble de chansons plus lissées. Pas forcément similaires mais moins disparates avec moins de sons « crades » ou « sales » et à mon grand regret, moins de gratte avec disto.
  • L’ensemble est super triste, du moins c’est l’impression que ça me laisse en fin d’écoute.

STUP AVIS

Depuis sa découverte presque par hasard, j’ai jamais rien attendu de Stupéflip, à part peut être ce quatrième album que voila. Du coup bin je dois bien dire que j’ai jamais été déçu. Pas plus par le Stup Virus que par les autres.

Oui ce nouvel album est différent des autres, avant même de parler du contenu, y’a qu’a voir la couv :

albumsstup5

Ju prêt à appuyer sur la détente et à enchainer les one shot musicaux à chaque pression de son index, contamination instantanée pour les profanes et bonne piqure de rappel pour les autres !

Seule photo du lot pour un visuel toujours choc mais moins flippant, moins agressif, moins violent, moins oppressant ou inquiétant et qui nous rappelle de prendre ça comme un jeu en mettant en avant le côté terroristes bienveillants que finalement Stupéflip laisse dans son sillage depuis ses débuts.

Le livret collector sympa, y’a surement quelques trucs à décoder dedans comme par exemple le fait que page 30/31 seule l’image « on va tous mourir » est en mat et qu’il y a marqué un truc illisible en plus petit a côté ou alors qu’une chanson commence dans un labo d’étude de virus au Kazakhstan mais je laisse ça aux lapins enquêteurs et à leurs heures perdues. En tout cas je suis content d’avoir cette version de l’album.

Les chansons maintenant… Débarrassons nous d’entrée du truc un peu pénible à mon sens : mam’zelle Cach’ton.

On va pas se mentir, Sandrine et moi va falloir un moment pour qu’on soit vraiment potes et c’est bien dommage parce qu’auparavant les intro/outro/interlude de Stupéflip j’ai toujours accroché direct alors que là…. Oui, si on veut c’est dans l’esprit de l’album mais à l’oreille… Bof…

Après c’est en mode nawak et sans aucun ordre de quoi que ce soit :

+ Understup (feat Colette) : « Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par le glaive, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. » (les quatre cavaliers de l’apocalypse, nouveau testament, chapitre six du livre de l’Apocalypse)

Surement qu’il y a un nom pour ce genre de zic qui mix de gros beats lourds avec des samples de chœurs et/ou généralement d’instrus à cordes de ce genre, j’le connais pas mais clairement je suis fan !  Ça le faisait déjà un peu avec « Stupéflip vite !!! » surtout avec le clip mais là je sais pas, y’a un côté chevauchée fantastique et légendaire en mode biblique qui me scotche et me donne envie de partir en croisade !

DSC_0160

Extrait  » Sur la terre comme au ciel  » By Tomasi, Snejberg &Hansen

+ Le trou noir (feat MC Salo) : Excepté Sandrine au départ, c’est ce genre de chanson un peu noire et loufoque que j’aurais aimé entendre un peu plus. Qui plus est la fin en « adieu » à Mylène enchaine magnifiquement avec « Pleure pas STUPEFLIP », rien à redire, le final est parfait !

+ FOU-FOU (feat Colette) : Stupéflip résumé en 45 secondes, comment dire ?… J’adore !

+ 1993 : Là… Où ça vous (a) fait le même effet qu’à moi et des mots seraient inutiles ou je vais pas détailler, on ne se comprendrait pas. Je pense juste que les jeunes lapins qui découvrent Stup avec cet album vont avoir un peu de mal à comprendre toute l’ampleur et l’impact de cette chanson et d’une certaine guitare qui, peut être, est maintenant quelque part, chez quelqu’un. Assurément un lapin avec des étincelles plein les yeux !

a65f692901c99f09c0fb0b96627f6272

Une autre référence où les jeunes lapins auront du mal

+ Stup Virus : Une rythmique assez peu commune pour le Crou mais qui au final passe pas mal du tout et que ma copine finira par adorer à force de me dire « c’est horrible, j’ai eu Stupéflip dans la tête toute la journée  » Mouhahahahaha !!! (elle commence à lâcher le refrain de l’understup en pleine rando, sans raison, dans le rythme et presque sans se tromper, on est dans la bonne direction)

+ La Seule alternative : Toujours dans les rythmes inhabituels, j’avoue moins accrocher. Pareil pour les paroles mais au moins le mec ne ment pas « un maximum sons qui font triper c’est ma priorité ».

+ Crou Anthem : Une autre chanson où j’pourrais arriver à lâcher une larme, envie de ralenti pour parer à la nostalgie, envie d’être au milieu de nul part avec une vue de fou, juste les bruits de la nature et des gens dans le même état d’esprit à rien dire, pas bouger, juste regarder le paysage en se repassant intérieurement l’hymne. Image figée, tous ensemble soudés chacun perdu dans son propre p’tit coin… … …

imaginary_island_by_pfyoussouf-dapnf1l

Photo perso

La toute première fois que j’ai écouté « Crou Anthem », distrait une seconde par de basses préoccupations humaines, j’ai cru qu’il disait « on a la méthode et le sentiment » et depuis chaque fois que je la réécoute, j’y repense. Un peu comme l’art et la manière finalement… Mais en mieux 🙂

STUP J’ABRÈGE-PARCE-QUE-C’EST-DÉJÀ-PAS
MAL-LONG-ET-QUE-C’EST-PAS-ENCORE-FINI

Stup vieux ?

Stup vendu ?

Pop Hip  a prit le contrôle depuis l’outre tombe ?

363_lapin_anonyme__sans_titre__2017_by_asfhart-dazlf4q

#ASFHart – Lapin Anonyme – sans titre

Bin… Non… Je pense pas en tout cas. Vieux forcément, un peu plus du moins, je connais aucun bipède pour qui le processus s’inverse, Ju doit avoisiner la cinquantaine, du coup Cadillac probablement pareil. (Pop Hip a 17 ans de moins que ju, sachez le, il aime pas qu’on rate son anniversaire)

Au fur et à mesure de mes écoutes du Stup Virus j’ai de plus en plus l’impression que, fatigué, lassé ou petit a petit, Stup s’est assagit, plus envie de taper comme un type dev’nu aigri ou d’faire « Cra Cra Cra Cra Cra ».

Y’a toujours cette patate, cette joie et cette tristesse mais je ressens plus vraiment « la rage » qui était (bien plus) présente dans les précédents albums. Comme si les diverses entités physiques et imaginaires de Stup finissaient par n’en faire plus qu’une, plus mure, plus réfléchie et c’est pas forcément pour me déplaire.

En dehors de la cohérence et du côté plus « lissé » de l’ensemble dont je parlais plus haut j’ai aussi l’impression que du coup cet album a un côté plus sincère, plus intime, comme si une partie du masque était tombée avant que le rideau ne se ferme… Tristement…

Comme pour les précédents, il me faudra un moment pour arriver à apprécier pleinement ce Stup Virus et puis si un jour, quand j’aurais fini de n’écouter que ça à longueur de journée, je trouve que même avec le temps il manque des éléments du Stup que j’aimais dans les précédents albums je ferais tout simplement revenir ma playlist de quelques années en arrière 😉

stupeflip2

Photo :  David Arnoux

STUP FIN ?

Il y a beaucoup de lapins qui disent que c’est la fin, qu’entre 2017 et 2999 il n’y aura plus rien, que vu certaines chansons de Stup Virus sur le Crou et ses mystères cet album est un au revoir, une consécration définitive sous forme de révélations, bref ils en disent des choses les lapins, à croire que certains sont devins ou ont des infos de première main, peut être… Qui sait ? Moi pas…

Je me permets juste de penser que c’est un peu prématuré comme avis seulement quelques jours après la sortie du CD et à encore quelques mois de la Stup Party. Je sais bien que c’est pas la patience qui caractérise le mieux les lapins mais quand même, à un moment il serait peut être bon de savoir profiter de ce que l’on a quand on l’a, non ?

Mister William Feather a écrit un jour  » Finir un bon livre c’est comme quitter un bon ami ». Dans le même registre si un jour Stupéflip devait s’arrêter bin… Sûr qu’je serais triste, que j’aurais un petit pincement au cœur en utilisant mon crayon titi ou des coups de mélancolie en réécoutant des sons devenus vieux et indémodables mais j’me vois pas pleurer sur son départ ou pire me rajouter à la longue liste de trolls et autres ouin ouin rageux qui brassent de l’air et ne discutent de rien sur le face de plouc de l’ASFH en s’donnant des airs importants, d’la merde !!

Stupéflip c’est le besoin de se sortir les tripes, l’envie de mieux, de meilleur, le frère jumeau imaginaire et bizarre que t’as toujours eu, la petite voix au fond d’toi que trop souvent t’écoutes pas. Stupéflip c’est une grosse claque d’empathie dans ta gueule, un truc qui t’apprend l’humilité, qui te dit « fais pas aux autres ce que t’aimerais pas qu’on te fasse à toi même », Stupeflip c’est un baume pour les moments difficiles et un leitmotiv pour tous les autres !

Et oui petits haters de mes couilles, Stupéflip est plus humaniste que vous n’le serez probablement jamais, revoyez vos classiques et prenez en de la graine !

Alors pour finir si un jour Stupéflip devait s’arrêter, j’trinquerais à notre improbable rencontre, j’continuerais à me perdre loooooooooooiiiin dans un p’tit coin d’mon cerveau, à écouter ça en boucle à en rendre barge ma copine, à m’remuer les tripes jusqu’à la larme sur certains sons, à faire péter les basses à fond en hochant la tête d’avant en arrière et en gribouillant des pages et des pages sur des vieux cahiers car même les plus récemment contaminés le savent, quand bien même Stupéflip disparaitrait… #lecrounemourrajamais !

http://toto-scottbean.deviantart.com/

#ASFHart « Stupeflip – Le crayon Titi » By TOTO-Scottbean

Tendresse et Chocolat dans vos cœurs, votre humble serviteur lapin hiboux,
P.F.Y.

Dédicaces à Moon, Ben, Znaybr, Bezu Ze Pimp, Red, Babou, Mik, John, Dim, Jon, Reileb, Bobby, Horizontal Prod, à tous ceux et celles avec qui on a écouté Stup, aux gentils lapins de l’ASFH et à tous ceux et celles « qui galèrent sans tomber dans l’aigreur, la tolérance et la bienveillance ça veut encore dire quelque chose. »